MALIGNAC régate et plage

Translac’quitaine

Au deuxième jour de la ré-création, au Cercle de voile de Bordeaux pour la régate de Malignac, la course est scindée en deux manches, entre coupée d’une ‘beach party’ . C’est à dire un pique-nique. Où ça ? sur la plage de Malignac. Le traceur indiquera aux concurrents désorientés -côté OUEST- où se trouve la crique très prisée des amateurs. C’est peut être le seul AMER à connaitre sur le lac pour cette journée ; en visée d’un pylône et d’une haute tour (installation militaire) côté atlantique.

On the beach

C’est chouette de voir tous ces bateaux* beachés et les quillard à distance pour ne pas se planter et repartir pour la deuxième manche. Leurs équipages réussissent  à débarquer (on est fraternel) à l’aide d’une prame pas à la nage, quoique l’eau est chaude ? Un bateau du club amène les paniers repas, un restaurement (débarquement pour se restaurer)  –  spécial dédicace aux bénévoles (volunteers en Anglaisie*) ceux, celles qui en cuisine nous ont préparés, des salades niçoises, du taboulé, macédoines de légumes, des filets de viandes macérés, puis rissolés ou grillés – on vit bien en Aquitaine !! On déguste des breuvages du Médoc avec cap’tain Némo (nom de famille Dération), un sens esthétique recherché chez ces marins là, c’est tout un Art de tirer des bords en voilier…  sans tituber (procédure d’escalade).

L’après midi, en fonction du nombre de concurrents, la régate peut être scindée (au bon vouloir du comité) en deux départs. En effet les 5.90 ont la possibilité d’utiliser les trapèzes s’il courent dans la même série – C’est du spectacle surtout si le vent forcit. Les équipages plus jeunes en profitent pour se mettre au trapèze alors que les plus expérimentés seniors peuvent, en pleine sagesse, se satisfaire des embruns vivifiants ; un après rasage beaucoup plus doux car non salés. Ça fait une peau de bébé qui rajeunit.

Un moment de la régate de Malignac

« Là, regarde le numéro 01 pour le spi, c’est le plus jeune !! Punaise, même pas peur !! Chapeau fiston !! C’est le père qui parle. Formateur la voile ? En effet les plus âgés qui sont passés par là, le soutiennent et l’encouragent, prêts à intervenir s’il faut ; mais eux aussi les frangin(e)s ont de la maille à bord ; ça gueule un peu, c’est pour se faire entendre avec le bruit des voiles, le spi qui claque, allez borde!! (…du cap’tain Haddock, non… jamais !! so prude*)

Voilà ce qu’on Y voit !!
A chacun son esthétique.

* Anglaisie : pays fictionnel des Celtes où on a parlé Français-Anglais pendant plusieurs siècles.